L’éducation positive

L’éducation positive

L’éducation des enfants en Suède

Je souhaite vous parler de mon expérience en Suède et plus particulièrement sur l’éducation positive que pratique les suédois. Je ne suis pas forcément pour car je pense que l’enfant à besoin d’un encadrement minimum qui lui permettra de devenir un adulte accompli.

Les différences avec la France, mon expérience personnelle

Une des grosses différences que j’ai relevé lorsque je vivais en Suède est que l’éductation des enfants suédois y est très éloignée de l’éducation française. Dans la tête d’un Suédois, l’adulte est égal à l’enfant. Il a donc son mot à dire sur l’heure du coucher et ce qu’il veut manger par exemple. Une vision bien différente de l’éducation à la française.Qu’est-ce que l’éducation positive? C’est se résoudre à une éducation bienveillante, une discipline positive basée essentiellement sur l’épanouissement personnel de l’enfant.

Lorsque je vivais en Suède, j’ai eu la chance d’exercer comme professeur de français. A vrai dire, je ne suis pas spécialement douée pour cette matière. Bien au contraire, je me suis toujours battue pour obtenir des notes correctes et une orthographe pas trop laborieuse lorsque j’étais à l’école. Mais ils avaient ce qu’on appelle le “brist på personal” c’est-à-dire un manque d’effectifs dans ce métier qui m’a permis de devenir remplaçante de français. Cette expérience fut très enrichissante et j’ai vraiment pu comprendre le rapport qu’existait entre les adultes et les enfants. Au final, j’étais sans cesse tiraillée entre deux systèmes éducatifs bien distincts.


Comment ça se passait concrètement?

Quand les élèves rentraient en classe, je commençais toujours par faire l’appel. Les élèves n’avaient pas de stylos ni de cartables ni de papier pour écrire. Oui, quand je pense à l’interminable liste de fournitures scolaires que j’avais étant petite, c’était pour moi très surprenant de devoir distribuer tout cela en début de cours. Puis, je tentais de copier le modèle que je connaissais. C’est-à-dire le modèle éducatif français en leur apprenant les bases barbares de la grammaire française. En vain! Les élèves m’interrompaient sans arrêt et me suggéraient d’arrêter le cours! Ils voulaient jouer au jeu Kahoot, ou encore à des jeux de devinettes avec des cartes d’animaux et d’objets en français.


Un seul mot pour moi, déstabilisant! Moi qui avait toujours connu le rapport de force entre les élèves et le professeur, je dois vous dire que j’étais complètement déboussolée. Comment faire face à une telle situation? D’ailleurs, un ex-professeur suédois m’avait prévenu qu’il est très difficile de faire cours en Suède car les élèves sont des enfants rois. Aucun moyen de faire pression. Les élèves ne craignent pas une mauvaise note, un mot dans le carnet ou encore un avertissement par le proviseur. Cela n’existe tout bonnement pas là-bas. Au bout de quelque temps, j’ai surtout compris qu’il y avait un gros problème de concentration et de motivation en classe. Peut-être que le français n’était juste pas un cours important à leurs yeux.


Finalement, il m’est arrivé de devoir hausser la voix parfois! Je peux vous dire qu’ils étaient tous là, avec leurs yeux écarquillés et l’air de se dire ”mais qu’est-ce qu’il lui prend?” J’obtenais très rapidement le silence puisqu’ils n’avaient pas l’habitude de ça! Et moi, j’essayais sans cesse de trouver l’équilibre entre la méthode française autoritaire et la méthode suédoise plutôt laxiste. J’essayais simplement de ne pas être trop tyrannique.

Mon ressenti de cette expérience en tant que professeur en Suède

J’ai retenu une chose de cette expérience; en Suède, on n’a pas d’autre choix que de devenir l’amie de ses élèves pour faire son cours. Finalement, c’est surtout au professeur de suivre la danse car ce sont les élèves qui décident!


En conclusion, la Suéde étant souvent vue comme un modèle, sur ce plan, je ne dirais pas que ce soit le cas. Selon moi, l’idéal serait l’entre-deux. Le système français est bien trop strict. Il suffit de voir la charge de devoirs que les enfants ont chaque soir et la pression exercée sur leurs notes. Cependant, je dois avouer que les élèves français sont bien plus prêts à affronter la dureté de la vie professionnelle que les Suédois. Quant aux Suédois, eux, sont dans une autre approche. En effet, le bien-être de l’enfant est primordial car il doit être heureux pour devenir quelqu’un de bien. Le système est bien plus attentif aux besoins des enfants qui leur permettent de s’épanouir quotidiennement. Finalement, l’éducation positive est vraiment ancrée dans les moeurs.


Une étude montre que les enfants suédois figurent parmi le top 10 des plus heureux du monde selon l’ONU. Mais qu’en sera-t-il de ces enfants à l’âge adulte? Comment gèreront-ils leur frustration au travail? Dans la vie quotidienne?


Si vous désirez en lire plus à ce sujet, je vous invite à lire cet article: https://www.coolparentsmakehappykids.com/education-suede-suedoise/ . Pour moi, il reflète bien ce que j’ai pu voir de l’éducation positive à la suédoise.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

EN HAUT

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Plus d'information

Les paramètres de cookies de ce site Web sont configurés sur "autoriser les cookies" pour vous offrir la meilleure expérience de navigation possible. Si vous continuez à utiliser ce site Web sans modifier vos paramètres de cookies ou si vous cliquez sur "Accepter" ci-dessous, vous consentez à cela.

Close